FintechFranceNewsReglementation

Crypto-actifs : Arquant Capital reçoit l’onction de l’AMF

AMF
Crédit : Shutterstock

Ayant vocation à faciliter l’accès des investisseurs professionnels aux actifs numériques, Arquant Capital vient d’obtenir l’agrément de société de gestion de portefeuille de fonds d’investissement alternatif (AIFM) auprès de l’Autorité des Marchés Financiers.

 

Une première qui devrait en appeler d’autres. Désireux d’offrir un accès privilégié – et un accompagnement dédié- aux investisseurs professionnels (institutionnels, banques privées, family offices et corporates) sur le front des crypto-actifs, Arquant Capital peut se targuer d’être la première fintech en France à obtenir l’agrément de société de gestion de portefeuille de fonds d’investissement alternatif (AIFM). Un précieux sésame arraché de haute lutte, l’Autorité des Marchés Financiers n’étant pas particulièrement réputée pour délivrer son imprimatur sans de nombreux préalables.

Une « onction » qui va permettre ainsi à Arquant Capital, fondée en 2019 sous l’impulsion commune d’Eron Angjele, gérant senior disposant de 20 ans d’expérience en finance de marché et en gestion de portefeuilles alternatifs à la Caisse des Dépôts et Consignations et à la Banque Postale Asset Management et de Gautier Chauvin, Antoine Paris et Florent Vanaerde, autres professionnels de la finance et de l’innovation technologique d’avoir les coudées franches pour mener à bien leur projet.

Partant du constat que les actifs numériques jouissaient d’un énorme potentiel mais manquaient de l’accompagnement adéquat, le quartet a décidé de lancer Arquant pour remédier à cela. Le lancement des fonds dédiés, comme susmentionné, aux investisseurs institutionnels ne saurait désormais tarder. Sans toutefois davantage de précisions sur le calendrier.

Cet agrément marque une étape clé dans le développement d’Arquant Capital et illustre pleinement notre volonté de proposer à nos clients des solutions d’investissement innovantes tout en leur assurant les meilleurs standards en matière de gestion et de conformité”, abonde Eron Angjele dans un communiqué partagé avec Coins.fr.

Et de poursuivre. « Nous sommes désormais en ordre de marche pour lancer nos premiers fonds professionnels spécialisés, en nous positionnant aux avant-postes d’un marché en pleine expansion ». Une opération menée tambour battant avec le concours du bureau français du cabinet d’avocats spécialisé Osborne Clarke, et son associée Karima Lachgar qui dirige la pratique services financiers-fintechs et crypto-actifs.

« L’obtention par Arquant Capital de cet agrément représente l’aboutissement d’un travail de structuration stratégique particulièrement innovant de l’offre de gestion et des stratégies d’investissement dans le cadre duquel nous avons pu échanger de manière régulière et constructive avec l’AMF », s’est félicitée l’associée.

Prochaine étape : la mise sur rampe de lancement du premier fonds professionnel entièrement dédié à Ethereum. Pour faire face au risque plus élevé de pertes en capital et à la forte volatilité de cette classe d’actifs comme l’actualité nous en a fourni un éclatant exemple, Arquant Capital planche, depuis maintenant trois ans, sur un process de gestion combinant gestion algorithmique et suivi discrétionnaire. Ainsi, les stratégies d’investissement déployées s’appuient sur l’expertise de l’équipe de gestion et sur une technologie d’intelligence artificielle propriétaire permettant une gestion des risques optimisant l’approche ‘token picking’, le market timing et le money management.

Pour ce faire, Arquant Capital sollicite, comme stipulé dans son communiqué, une approche « hybride » baptisée « machine teaching » qui se veut la symbiose parfaite entre humain et technologie (à la différence du deep learning) qui permet une transparence accrue, de bout en bout, sur les décisions d’investissement. Un préalable nécessaire pour créer les conditions de la confiance.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

Samir Hamladji
Rédacteur et reporter - Journaliste pour plusieurs grands médias tels que LesEchos ou Challenges, Samir a été en charge de la rubrique Finance chez Forbes de 2016 à 2019. Il s'intéresse depuis plusieurs années à l'écosystème des crypto-monnaies et de la blockchain.