News

Roman Coppola lance une application de financement de films sur Tezos

Roman Coppola
Roman Coppola, cofondateur de la Decentralized Pictures Foundation (DCP) - Crédit : Shutterstock

En marge du Festival de Cannes 2022, la Decentralized Pictures Foundation (DCP) a annoncé le lancement de son application de financement basée sur la blockchain Tezos afin de soutenir les cinéastes indépendants.

 

L’industrie cinématographique n’échappe pas à la déferlante Web3. Réputé pour son conservatisme et son entre-soi, Hollywood tente néanmoins de se départir de cette image d’Epinal pour s’ouvrir à d’autres horizons. C’est, en substance, l’une des missions de la fondation Decentralized Pictures, fondée par le trio composé du cinéaste et entrepreneur Roman Coppola, du producteur Leo Matchett et du vice-président de la production d’American Zoetrope, Michael Musante. Ladite fondation a ainsi vocation à soutenir les cinéastes indépendants notamment via une aide financière pour leurs projets de films ou faire profiter ces cinéastes de leur « réseau ».

Un dernier aspect qui permet à la fondation de prodiguer également divers conseils voire même du mentorat à tous ceux qui solliciteraient ses services. Mais la véritable innovation concernant le financement des œuvres à venir réside dans l’application de financement mise sur orbite par DCP.

Celle-ci sera officiellement lancée ce vendredi, lors de l’inauguration du Festival de Cannes, avec en guise « de hors d’œuvre » « un prix du film documentaire » en partenariat avec le Gotham Film & Media Institute qui récompensera deux projets. Ces derniers recevront jusqu’à 50 000 dollars chacun ainsi que la possibilité de bénéficier d’un suivi personnalisé conjoint de la part de DCP et de Gotham Film.

L’application, développée sur la blockchain Tezos – toutefois « légèrement modifiée » selon les termes du communiqué – reprend les codes d’une organisation autonome décentralisée (DAO). Dans le détail, les cinéastes sont invités à soumettre des propositions à la communauté DCP, en s’acquittant de « frais de dossiers minimes » en FILMCredits qui n’est autre que le token de la plateforme.

Ensuite, il reviendra à la communauté de donner son aval pour attribuer diverses bourses de financement aux projets les plus prometteurs ou de retoquer ceux qui n’auront pas suffisamment suscité l’adhésion. La Fondation DCP, par essence à but non lucratif, percevra une partie des bénéfices des films à succès financés par la plateforme, qui seront ensuite affectés à de nouvelles bourses de financement. Un cercle vertueux, en somme.

Après des années de travail acharné, nous ouvrons nos portes à la communauté et invitons les cinéastes indépendants du monde entier à soumettre leurs projets pour avoir une chance de donner vie à leurs visions”, a déclaré le cofondateur de DCP, Roman Coppola, dans le communiqué de circonstance, ce dernier mettant également en exergue la volonté d’une industrie du cinéma plus inclusive et moins recroquevillée sur elle-même.

« DCP s’efforce de rendre Hollywood plus accessible aux talents exceptionnels tout en apportant simultanément sur les écrans du nouveau contenu choisi par la communauté ». Une initiative qui devrait faire des émules. A plus long terme, la plateforme a l’ambition d’évoluer vers un « studio virtuel », dans lequel la technologie blockchain jouera un rôle à chaque étape du processus de production.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

La Newsletter CryptoRecevez chaque semaine un résumé de l'actualité
Samir Hamladji
Rédacteur et reporter - Journaliste pour plusieurs grands médias tels que LesEchos ou Challenges, Samir a été en charge de la rubrique Finance chez Forbes de 2016 à 2019. Il s'intéresse depuis plusieurs années à l'écosystème des crypto-monnaies et de la blockchain.