ExclusifMétaverseNewsNFT

Thibault Launay, PDG Exclusible : « Nous sommes l’OpenSea du luxe »

L'équipe Exclusible - Photo courtesy of Exclusible

Après s’être imposé sans coup férir sur le marché des NFT estampillés luxe, Exclusible creuse également son sillon dans le métaverse où il vient de céder plusieurs de ses îles à diverses personnalités. Thibault Launay, présidant aux destinées de l’ambitieuse start-up, revient, pour Coins.fr, sur cette actualité dense et esquisse son tableau de marche pour les mois à venir.

 

Après seulement six mois d’existence, la start-up franco-portugaise Exclusible peut se targuer d’un joli tableau de chasse. Comme en atteste l’actualité du jour. En effet, après s’être imposée, comme susmentionné sur le front des NFT de luxe, la société dirigée par Thibault Launay a également pris ses quartiers dans le métaverse. Là aussi avec une certaine réussite. « Désormais lorsque nous échangeons avec des marques, 70% de la discussion est consacrée aux thématiques inhérentes au métaverse, les 30% restants étant dévolues aux NFT », confie le dirigeant à Coins.fr.

Désireuse de consolider ses positions sur ce segment, Exclusible annonce ce mercredi après-midi avoir cédé 25 de ses îles privées – dans le métaverse The Sandbox – à diverses personnalités. Coût de l’opération : 910 ETH, soit l’équivalent de 2,9 millions de dollars. Parmi les chanceux acquéreurs, figurent, pêle-mêle, le milieu de terrain du Paris-Saint-Germain Marco Verratti, le virevoltant ailier du Bayern Munich Kingsley Coman, le tennisman Stan Wawrinka, l’ancienne numéro 1 mondiale du circuit féminin Ana Ivanovic, ou encore la société de trading, eToro.

Crédit : Exclusible

Ticket d’entrée à 1 million…de followers sur Instagram

L’engouement pour l’acquisition de ces îles fut tel ,qu’Exclusible a dû revoir toute sa stratégie marketing…pour finalement n’en proposer aucune. « Initialement cette vente devait avoir lieu à la fin du mois de février autour d’une stratégie de communication bien ficelée. Mais un seul tweet et un seul post sur LinkedIn ont suffi à vendre 15 îles sur 25 », se remémore Thibault Launay qui exige, pour céder le solde, que les potentiels acquéreurs disposent d’une visibilité importante sur les réseaux sociaux, Instagram en tête de gondole. « Après la vente des 15 premières îles, et comme la demande était très forte – avec même une liste d’attente- nous avons décidé de changer notre fusil d’épaule et d’exiger des futurs acheteurs qu’ils disposent d’au moins un million de followers sur Instagram », explique Thibault Launay. « Insuffisant » néanmoins pour réfréner la « fièvre acheteuse » de ces derniers, les 10 îles restantes « s’écoulant » tout aussi aisément.

La feuille de route, via ce modus operandi, est limpide : attirer dans le giron d’Exclusible les importantes communautés des acquéreurs. Et séduire ainsi, à l’intérieur de celles-ci, de potentiels clients, par effet de mimétisme comportementale dont sont souvent coutumières les personnalités évoluant dans des sphères comme le football ou le tennis. « Hier, nous avons annoncé la signature d’une célèbre marque horlogère suisse, Louis Moinet. Dans la foulée de nombreuses autres maisons nous ont contacté, alors que nous-mêmes avions auparavant essayé de prendre langue avec de prestigieuses marques de montres, sans avoir de réponses », sourit Thibault Launay. Dans le détail, ce projet avec Louis Moinet inclut la « mise sur orbite » de 1 000 NFT et l’ouverture d’une boutique dans le métaverse The Sandbox.

« Que Givenchy vende ses NFT sur OpenSea n’a aucun sens »

Les jetons non fongiblesde luxe – demeurent néanmoins le « premier amour « d’Exclusible en dépit de ses incursions dans le métaverse. La start-up se positionne, sans complexe, comme la référence en la matière.

Nous sommes l’Opensea du luxe”, clame Thibault Launay qui éprouve quelques difficultés à comprendre pourquoi certaines grandes maisons posent les jalons de leur « campagne » NFT sur Opensea.

« Que Givenchy vende ses NFT sur OpenSea n’a aucun sens. Cette plateforme est l’équivalent d’eBay. Or, cela revient à vendre un sac Chanel sur Leboncoin, ce qui est incompréhensible », explique le responsable qui estime que le segment des NFT, après une année 2021 incandescente, n’en est qu’à ses balbutiements et que beaucoup reste à accomplir.

« Vendre des NFT n’est pas une fin en soi. Ce n’est que le début. Il faut essayer de comprendre pourquoi des marques se ruent sur ce marché. Est-ce pour capter une nouvelle audience ? Les lier à des produits physiques ? Il convient ensuite de communiquer avec sa communauté sur le long terme », explique Thibault Launay.

Quid des marques de luxe ostensiblement réfractaires à cette nouvelle tendance, à l’instar d’Hermès, farouchement hostile aux NFT…du moins en apparence, Thibault Launay se montrant, à ce sujet, moins catégorique. « Quand nous avons fondé Exclusible, jamais nous n’aurions pensé discuter un jour avec Hermès. Mais nous avons eu deux discussions avec eux. Ils regardent, ils sont curieux. Ce qui est certain c’est qu’ils n’ont pas été les premiers à se lancer mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils seront les derniers », précise, sibyllin, Thibault Launay. Et d’ajouter. « Ces marques n’ont rien à gagner à se lancer mais tout à perdre si elles se ratent. Mais d’une manière ou d’une autre Hermès et consorts vont devoir être présents. Pas forcément en vendant des objets, pour ne pas associer leur image de marque à de la spéculation, mais peut-être au travers d’un musée dans le métaverse ».

Levée de fonds à venir

Fidèle à son tableau de marche effréné depuis sa création, « il y a seulement six mois », comme aime à le rappeler Thibault Launay, l’année 2022 s’annonce toute aussi dense pour Exclusible. Outre la signature de nouveaux prestigieux clients, et le renforcement de ses équipes – « nous sommes actuellement 25 et nous sommes en train de recruter 10 personnes supplémentaires »-, l’état-major d’Exclusible met la dernière main à une levée de fonds de 10 millions d’euros qui pourrait intervenir dès le mois prochain. « On y travaille et la société se porte très bien », sourit Thibault Launay. De quoi augurer des lendemains qui chantent pour Exclusible.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Google, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

Samir Hamladji
Rédacteur et reporter - Journaliste pour plusieurs grands médias tels que LesEchos ou Challenges, Samir a été en charge de la rubrique Finance chez Forbes de 2016 à 2019. Il s'intéresse depuis plusieurs années à l'écosystème des crypto-monnaies et de la blockchain.