ExclusifFranceMétaverseNews

Philippe Kerignard, Bouygues Telecom : le défi de la compréhension du métavers et du Web3

Bouygues Telecom
Crédit : Shutterstock

Le métavers, ses multiples facettes et usages font le buzz. Le terme recouvre cependant des technologies très diverses, matures ou émergentes, mais aussi d’une grande complexité pour le Web3. Décryptage avec le responsable de l’Innovation Lab et de la gouvernance de la donnée de Bouygues Telecom et membre de l’IMA.

 

Mais qu’est-ce donc au juste que le metaverse ou métavers ? Le thème s’est largement démocratisé en 2021 grâce au coup de projecteur initié par Meta, ex-Facebook. Mais entre la vision portée par Meta et celle des acteurs du Web3 et partisans de la décentralisation, les différences sont profondes, sinon fondamentales.

Et c’est sans compter les autres technologies et applications qui se revendiquent désormais elles aussi du métaverse. Ainsi, aux usages collaboratifs en B2B s’ajoutent ceux liés à la réalité virtuelle et à la réalité augmentée. La tendance est aux développements en faveur de plus d’immersivité.

Le métavers : OVNI et révolution en puissance

Philippe Kerignard

Philippe Kerignard, responsable de l’Innovation Lab et de la gouvernance de la donnée de Bouygues Telecom et membre de l’IMA

Ces technologies ne sont pas nouvelles cependant. « VR, AR, les entreprises, dont Bouygues Telecom, en font depuis des années. Ce qui a changé, c’est le coup de projecteur mis par Mark Zuckerberg », observe Philippe Kerignard, responsable de l’Innovation Lab et de la gouvernance de la donnée de de l’opérateur télécom français.

La promesse du patron de Meta, c’est une plus large démocratisation de ces outils auprès du grand public. Cet accès simplifié suscite l’intérêt des organisations. L’expert et membre de l’Innovation Makers Alliance (IMA) se déclare cependant réservé quant au niveau d’acceptation et de l’usage massif avec des casques dans le grand public à court terme.

La révolution, Philippe Kerignard l’attend avant tout dans les services qui sont à imaginer dans le contexte des métavers grand-public décentralisés (B2C), et plus encore dans celui du Web3, fournisseur de services et technologies pour les métavers tels que The Sandbox ou Decentraland. Cryptomonnaies, NFT, décentralisation et DAO, par exemple, offrent des possibilités qui dépassent largement l’univers du metaverse.

« L’Ovni » que représente aujourd’hui le métavers, centralisé ou décentralisé, suscite néanmoins bien des interrogations quant à son réel potentiel. Interfaces et services restent à améliorer, voire à imaginer. Le responsable de l’innovation Lab souligne en outre les barrières technologiques à l’entrée, des freins réels à une adoption du metaverse par le grand public.

Les possibilités sont extraordinaires, mais il faut se projeter sur plusieurs années sur des services qu’on peine encore à imaginer”, prévient-il.

La « vraie révolution », Philippe Kerignard la perçoit d’abord au niveau du Web3 et du potentiel de disruption que représente la tokenisation.

Un long et complexe travail d’évangélisation à mener

La liquidité que permet la tokenisation peut révolutionner les services, les produits, les organisations et les processus. Cependant, la complexité inhérente au Web3, et même parfois son aspect contre-intuitif, plus encore que pour la seule blockchain, rend extrêmement difficile sa compréhension par le top management. L’effort d’évangélisation à mener dans nos organisations respectives est considérable”, constate-t-il.

Cette complexité requiert en outre des utilisateurs qu’ils surmontent les barrières techniques à l’entrée. En matière d’ergonomie et « d’utilisabilité », le Web3 a indéniablement encore beaucoup à apprendre de la précédente génération de services en ligne pour masquer la complexité technique sous-jacente.

Certaines entreprises du marché y sont justement parvenues, à l’image du groupe Casino en France. Stéphanie Zolesio, directrice générale exécutive de Casino Immobilier, détaillera comment le 12 octobre à l’occasion de la conférence IMAgine Day Exploration dans les Métavers publics, corporate et industriels dont Coins.fr est partenaire presse exclusif.

Casino ne parle pas de NFT, ni de crypto-monnaies, mais de réductions. Le wallet disparaît derrière une application VIP… Ils ont réussi de manière très pragmatique à exploiter ces technologies pour des usages concrets accessibles à n’importe quel consommateur. Peu de grandes entreprises en sont à ce niveau de maturité avec une approche systémique qui lie le monde virtuel, le digital et le physique”, apprécie Philippe Kerignard.

Mise en commun des bonnes pratiques et pièges à éviter

C’est justement afin de simplifier ce saut en termes de compréhension et d’adoption que l’IMA réunit les organisations et produit des contenus dont l’objet premier est le pragmatisme. En octobre, l’association diffusera un livre blanc consacré aux usages concrets du métavers et du Web3 pour les entreprises.

Ce que cherchent les décideurs, c’est à comprendre la technologie, mais aussi les applications business possibles ainsi que les bonnes pratiques. C’est la raison pour laquelle nous fournissons des exemples réels, y compris en détaillant les erreurs commises par les sociétés déjà au stade de l’expérimentation. Ce travail d’intelligence collective permet d’éviter de reproduire les mêmes et donc d’avancer plus rapidement dans les projets”, explique le cadre de l’IMA.

L’IMAgine Day consacré au Metaverse & Web3 sera aussi l’opportunité pour les entreprises en phase d’étude ou de réflexion de rencontrer les réalisateurs de projets concrets. Le spécialiste de l’innovation met aussi en avant la valeur du networking de cet événement.

Ces discussions sont l’occasion d’aborder des aspects précis et opérationnels comme, par exemple, la manière dont les DSI ont fait monter en compétence leurs collaborateurs. C’est également gagner du temps dans l’identification des bons partenaires.”

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer

Christophe Auffray
Cofondateur et rédacteur en chef adjoint - Journaliste spécialiste de la transformation numérique depuis 2005, Christophe a notamment été rédacteur en chef adjoint chez ZDNet. Il suit de près l’actualité autour des actifs numériques et la décrypte au quotidien. Contact : christophe@coins.fr