Bitcoin (BTC)ExclusifFranceLevées de fonds et AquisitionsNews

Bitstack lève 1 million d’euros pour simplifier l’investissement Bitcoin

Bitstack
Alexandre Roubaud et Kabir Sethi - cofondateur de Bitstack

L’application mobile Bitstack cible les crypto-curieux et met à leur disposition des moyens pour investir facilement et avec peu de risques dans Bitcoin. Suite à sa première levée de fonds, Coins.fr s’est entretenu avec son cofondateur, Alexandre Roubaud.

 

Jamais facile pour une startup crypto de faire une annonce sur un marché en crise. Cela l’est sans doute encore moins lorsque l’entreprise se focalise sur le seul Bitcoin, dont la valeur a été divisée par deux depuis son ATH.

Malgré un environnement moins favorable qu’un bull run, Alexandre Roubaud et Kabir Sethi, les fondateurs de Bitstack, se montrent confiants. Ils assurent même que leur solution d’investissement dans Bitcoin permet d’atténuer sa volatilité et donc les risques.

Des achats échelonnés pour contrer la volatilité de Bitcoin

Des investisseurs leur font d’ailleurs confiance puisque la jeune pousse annonce, ce mercredi, avoir levé 1 million d’euros pour l’aider dans son lancement. Les créateurs de Bitstack ont su convaincre le fonds d’investissement Founders Future.

Participent aussi à ce premier tour de table Plug and Play Tech Center, Sharpstone Capital et des business angels français (Alexandre Stachtchenko, Claire Balva, Owen Simonin, Damien Guermonprez et Nicolas Bacca).

Et l’argument de Bitstack auprès de ses investisseurs, et surtout de ses clients, c’est celui de la simplicité, voire même de la nature ludique de l’investissement. Interrogé par Coins.fr, Alexandre Roubaud souligne que l’investissement dans BTC se heurte à différents obstacles.

Les principaux pour les consommateurs sont sans conteste de déterminer le moment où acheter et de s’exposer au stress découlant de l’achat d’un actif volatil. « Avec Bitstack, nous avons voulu enlever ces barrières à l’entrée », déclare le cofondateur.

Et l’application est même adaptée à des situations de marché comme celle de ces derniers jours, revendique Alexandre Roubaud. Une affirmation audacieuse ? Le modèle de Bitstack est celui de l’investissement récurrent ou dollar cost averaging.

Les arrondis automatiquement investis en BTC

Pour cela, l’application propose à l’utilisateur d’associer un compte bancaire et sa carte de paiement. Ensuite, de manière automatique, un montant correspondant à l’arrondi supérieur de chaque transaction est investi en Bitcoin. En clair, pour un café payé 2,60 euros, le montant est arrondi à 3 euros et 40 centimes épargnés en Bitcoin. L’investissement ne s’effectue pas en temps réel.

Application Bitstack

Application Bitstack

 

La petite monnaie est cumulée sur l’ensemble de la semaine, puis convertie automatiquement en Bitcoin le lundi suivant”, précise la startup.

L’arrondi constitue aujourd’hui la fonction d’appel de Bitstack, « sa fonctionnalité phare », comme la décrit Alexandre Roubaud. Elle contribue à faciliter l’investissement, à l’échelonner dans le temps pour atténuer l’exposition à la volatilité et à rendre l’épargne « indolore ».

Les utilisateurs disposent d’autres fonctions pour investir. Ils peuvent ainsi appliquer un multiplicateur à l’arrondi. Au choix, un x1, x2, x5 et x10. Dans l’exemple précédent, cela signifie pour un café à 2,60€, un achat de Bitcoin de 40 centimes, 80 centimes, ou de 2 et 4 euros selon le multiplicateur sélectionné.

Les consommateurs peuvent aussi épargner de manière « récurrente et presque classique » en planifiant un montant et sa fréquence (hebdomadaire, bi-hebdomadaire ou mensuelle). Enfin, les utilisateurs peuvent effectuer de l’achat ponctuel de Bitcoin.

0% de frais en Beta, puis 1,99% sur les transactions

Il était important pour nous qu’il n’y ait pas de montant minimum et que tout le monde puisse acheter à partir d’un euro”, réagit le cofondateur de Bitstack.

Autre exigence : rendre l’épargne accessible à tout moment. Pour cela, les clients peuvent, lorsqu’ils le souhaitent, vendre tout ou une partie de leur BTC. Le montant, moins les frais, sera crédité en euros sur le compte bancaire associé à l’application. Les clients peuvent aussi retirer leur BTC sur un wallet externe, comme un Ledger ou un exchange.

Disponible en version Beta depuis mars, Bitstack applique pour le moment 0% de frais sur les ordres de vente et d’achat. Après le lancement sur les boutiques d’applications mobiles Apple et Google, les frais seront de 1,99%.

La sortie est prévue pour le 3e trimestre, à l’été. Deux mois après l’ouverture de la beta, l’application totalise 3.000 utilisateurs. Bitstack en vise 10.000 d’ici la fin d’année. Autre objectif annoncé : atteindre les 3 millions d’euros épargnés en Bitcoin à la fin décembre.

Pour réaliser ses ambitions, la startup peut donc s’appuyer sur sa levée de fonds. D’après Alexandre Roubaud, ce financement sert deux finalités : le recrutement et le produit (conception et commercialisation).

Bitstack cible les « crypto-curieux », au-delà des 18-35 ans

L’entreprise compte désormais 5 personnes, dont les deux fondateurs. Trois autres postes sont ouverts en mai sur le développement produit, le customer success et la compliance. En matière de conformité, Bitstack a dès sa création engagé le processus d’enregistrement PSAN auprès de l’AMF. Cette étape est validée depuis novembre 2021.

Le PSAN était stratégique pour la fintech afin de convaincre une « cible plus novice » et créer un environnement de confiance pour ces investisseurs débutants dans la cryptomonnaie. Cette cible a d’ailleurs évolué depuis les débuts du projet. Les 18-35 ans bancarisés ne constituent pas le seul segment.

Pour Alexandre Roubaud, les clients potentiels sont plus diversifiés dans leur profil. Leur point commun : il s’agit de « crypto-curieux ». Cette caractéristique l’emporte sur l’âge, le milieu social et la profession. La base d’utilisateurs actuelle de Bitstack couvre ainsi différentes classes d’âge et professions.

Notre cible c’est une personne qu’on pourrait qualifier de crypto-curieux. Elle n’a jamais fait le premier pas sur Bitcoin, mais cherche une alternative d’épargne aux comptes d’épargne traditionnels peu rémunérateurs aujourd’hui”, déclare le dirigeant de la startup.

Bitcoin un produit d’épargne aux caractéristiques uniques

Ces clients représentent les prochains millions d’utilisateurs français et européens des cryptomonnaies. Et pour séduire à l’avenir d’autres utilisateurs, Bitstack réfléchit déjà au développement de nouvelles fonctionnalités d’investissement, mais toujours axées exclusivement sur Bitcoin.

Le principe : dupliquer des services financiers traditionnels pour les adapter au Bitcoin. Cela comprend ainsi les produits de rémunération d’épargne, de cashback, ou de prêt pour disposer de liquidités.

Il était capital pour nous de disposer d’une proposition de valeur la plus simple et la plus claire possible. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de nous concentrer sur Bitcoin, qui bénéficie de la plus forte notoriété en tant qu’actif numérique”, déclare Alexandre Roubaud pour justifier cette stratégie.

« Nous avons aussi une réelle conviction en interne à l’égard de Bitcoin, qui selon nous constitue une bonne solution d’épargne en raison de ses caractéristiques uniques, dont la distribution du réseau et le nombre fixe de jetons de 21 millions », poursuit-il.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

La Newsletter CryptoRecevez chaque semaine un résumé de l'actualité
Christophe Auffray
Cofondateur et rédacteur en chef adjoint - Journaliste spécialiste de la transformation numérique depuis 2005, Christophe a notamment été rédacteur en chef adjoint chez ZDNet. Il suit de près l’actualité autour des actifs numériques et la décrypte au quotidien.