Ethereum (ETH)News

Ethereum : Buterin propose des « adresses furtives » pour gagner en confidentialité

Vitalik Buterin
Vitalik Buterin, le cofondateur d'Ethereum - Crédit : Shutterstock

Le cofondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin, estime que les « adresses furtives » peuvent apporter plus de confidentialité sur la seconde blockchain du marché.

 

Dans un récent article de blog, le jeune développeur de 28 ans est revenu sur un système d’« adresses furtives » permettant de masquer le destinataire d’une transaction sur Ethereum, y compris pour le transfert d’un NFT.

« L’un des plus grands défis restants dans l’écosystème Ethereum est la confidentialité […] L’utilisation de la suite complète d’applications Ethereum implique de rendre publique une partie importante de votre vie », rappelle Vitalik Buterin.

Concrètement le système d’« adresses furtives », ou « stealth address » en anglais, offre autant de confidentialité que la création d’une nouvelle adresse pour chaque transaction mais de façon automatique sans nécessiter d’action de la part de l’utilisateur.

Pour mieux comprendre, Buterin donne un exemple concret :

Supposons qu’Alice veuille envoyer un atout à Bob. Cela pourrait être une certaine quantité de crypto-monnaie (par exemple, 1 ETH, 500 RAI), ou cela pourrait être un NFT. Lorsque Bob reçoit l’actif, il ne veut pas que le monde entier sache que c’est lui qui l’a obtenu. Cacher le fait qu’un transfert s’est produit est impossible, surtout s’il s’agit d’un NFT dont il n’y a qu’une seule copie on-chain, mais cacher qui est le destinataire peut être beaucoup plus viable. Alice et Bob sont également paresseux : ils veulent un système où le workflow de paiement est exactement le même qu’aujourd’hui. Bob envoie à Alice une sorte d’adresse encodant comment quelqu’un peut le payer, et cette seule information suffit à Alice pour lui envoyer l’actif. Parallèlement au transfert, Alice publie des données crypto supplémentaires (une clé publique éphémère) sur la chaîne qui aident Bob à découvrir que cette adresse lui appartient.”

Et selon Buterin, si ce système peut être implémenté « assez rapidement », il introduit toutefois des « problèmes d’utilisation à plus long terme » notamment en matière de « social recovery ».

« Ces problèmes peuvent être résolus, mais l’écosystème d’adresses furtives à long terme ressemble à un écosystème qui dépendrait vraiment fortement de preuves à divulgation nulle de connaissance », précise-t-il.

Le philanthrope et entrepreneur crypto né en Russie indique en outre que les adresses furtives offrent un « type de confidentialité différent » de celui fourni par les mixeurs comme Tornado Cash, qui ne prennent notamment pas en charge les NFT.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer. Inscrivez-vous à notre newsletter crypto pour recevoir un résumé de l’actualité chaque semaine.

Stanislas Pogorzelski
Cofondateur et rédacteur en chef - Entrepreneur dans le digital depuis 2006, Stanislas possède aujourd’hui plus de 5 ans d’expérience dans le traitement de l’actualité liée à la crypto-monnaie et la blockchain. Il a notamment fondé et dirigé la rédaction de Cryptonaute.fr, un média dont il s’est finalement séparé en 2020. Contact : stanislas@coins.fr