EchangeurExclusifFranceNews

Coinhouse artisan de la convergence de la crypto et de la banque

Nicolas Louvet, cofondateur et CEO de Coinhouse
Nicolas Louvet, cofondateur et CEO de Coinhouse

Avec pour ambition de s’imposer comme une crypto-banque européenne, Coinhouse se fixe 4 priorités : grandir sur l’asset management, constituer un réseau de partenaires, développer les paiements et faire des acquisitions ciblées. Entretien avec Nicolas Louvet, son PDG.

 

Coinhouse se distingue en réalisant deux levées de fonds consécutives sur une période de 6 mois. En début d’année, la crypto-banque levait 15 millions d’euros. Elle vient de boucler un nouveau tour de table de 40 millions d’euros.

Cette opération peut être considérée comme un tour de force dans le contexte actuel de bear market. Ce cycle, qui pourrait durer jusqu’à un an, estime Nicolas Louvet, cofondateur et PDG de Coinhouse, ne remet cependant pas en cause les fondamentaux du marché, ajoute-t-il.

Construction d’une offre bancaire complète

« Il y a la fluctuation du cours des cryptomonnaies d’un côté, et de l’autre les fondamentaux », prend soin de distinguer les dirigeants. Ainsi, les investisseurs, dont ceux de Coinhouse, adoptent une approche plus long terme, qui n’est pas celle du trading, plus court terme.

Pour autant, Nicolas Louvet reconnaît que la période qui s’amorce sera plus complexe pour les entreprises de l’industrie crypto, du point de vue des levées de fonds et de l’activité. Coinhouse table d’ailleurs sur une croissance moindre à partir de 2022 en comparaison des performances réalisées entre 2020 et 2021. Sur cette période, l’entreprise avait multiplié par six son chiffre d’affaires.

Nous ne ferons pas x6 entre 2021 et 2022. Cela semble assez logique. Néanmoins les fondamentaux sont là et ne font que s’améliorer. Et les investisseurs n’investissent pas en fonction du chiffre d’affaires de l’année, mais de ce que construit la société”, déclare Nicolas Louvet.

Et en ce qui concerne le projet et le positionnement, Coinhouse estime disposer d’atouts et de différenciateurs solides. La startup se projette en tant que crypto-banque privée dont l’ambition est de faire converger la banque traditionnelle et la finance crypto.

Pour opérer et accentuer cette convergence, Coinhouse dispose déjà de différents services B2C et B2B comme des livrets. Mais la société prévoit d’enrichir encore son portefeuille de produits, conçus en propre ou reposant sur des partenariats.

Coinhouse tiers de confiance d’un secteur en mutation

En outre, contrairement à des exchanges axés sur du trading, Coinhouse met en avant le conseil et l’expertise. A l’image d’une banque dans la TradFi, la crypto-banque remplit un rôle d’intermédiaire auprès des clients en leur fournissant des services adaptés à leurs besoins et du conseil dans la gestion de leur patrimoine.

Selon Nicolas Louvet, ce cheminement de l’entreprise se calque tout naturellement sur le positionnement des cryptomonnaies. Ainsi, ces actifs ne se cantonnent plus à des valeurs spéculatives et à du trading.

Il y a trois ans, j’expliquais déjà ne pas vouloir être un exchange, mais avoir pour ambition d’être une plateforme d’investissement et demain une crypto-banque. Toutefois, je n’avais pas alors de démonstration concrète.”

La donne a changé très significativement depuis grâce au développement de la DeFi, des NFT ou encore des security tokens et des paiements. « Nous travaillons avec des marques pour les aider sur les paiements lors de la vente de NFT. Cela n’a plus rien à voir avec le trading. Nous sommes là sur les métiers de la banque et de la finance », détaille le PDG.

Nouveaux usages et appropriation de la blockchain par la finance traditionnelle nécessitent ainsi l’émergence de nouveaux acteurs et solutions. Et Coinhouse entend bien combler ce gap, notamment en participant à la structuration d’un véritable écosystème, comme il en existe déjà dans la banque et l’assurance.

Ce que nous faisons, c’est aider à construire un écosystème, notamment lorsque nous accompagnons nos clients dans la diversification de leur épargne. Pour cela, nous cherchons des distributeurs; nous essayons d’imaginer les produits de demain, par exemple des assurances-vie intégrant de la crypto. Nous n’allons pas devenir assureur, mais aider les assureurs à proposer ce type d’offre.”

Les possibilités sont nombreuses dans la finance et au service de l’économie réelle. Nicolas Louvet cite par exemple les paiements en cryptomonnaies, la tokenisation de l’immobilier et des actions de sociétés non cotées ou encore les prêts. « Tous ces services ont besoin d’intermédiaires de confiance et que votre banque, qui n’est pas capable de le faire, soit remplacée par un acteur, un tiers de confiance régulé, lui en capacité de fournir ces prestations ».

Créer un géant européen de la finance numérique

Coinhouse doit encore se construire pour tenir ce rôle. La crypto-banque privée, sur le B2B, est en place. Son offre va continuer de s’enrichir. En 2022, le B2B devrait représenter 30% du chiffre d’affaires. L’entreprise accompagne ainsi, par exemple, des sociétés (une vingtaine), dont Carrefour, dans l’achat de territoires dans le métaverse – et demain dans le financement d’une nouvelle économie numérique.

Sur le volet retail, des améliorations sont nécessaires, reconnaît le dirigeant. Le lancement du livret USDT s’inscrit dans cette stratégie. Le produit est en beta, mais sera « bientôt » accessible à l’ensemble des clients.

Coinhouse dispose d’une brique de paiement, qu’elle complète avec des partenaires. « Le métier d’établissement de paiement nous intéresse », souligne le PDG, qui précise que l’entreprise pourrait à l’avenir acquérir des licences de la finance classique, notamment auprès de l’ACPR.

Le cofondateur ne fixe pas de calendrier. Pour 2022 et 2023, il détermine en revanche quatre priorités stratégiques. La gestion d’actifs constitue la première. Coinhouse gère aujourd’hui environ 10 millions d’euros. Elle ambitionne à l’avenir de gérer plusieurs centaines de millions d’euros d’actifs numériques.

La croissance, Coinhouse l’envisage également au travers de la constitution d’un réseau de partenaires, notamment sur la distribution. « Nous ne pouvons pas tout faire tout seul ». Les deux autres priorités portent sur les paiements et les acquisitions ciblées.

Il faut créer un géant européen et nous y parviendront en travaillant à la consolidation de sociétés afin d’établir une marque et d’atteindre une taille critique sur le marché.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

Christophe Auffray
Cofondateur et rédacteur en chef adjoint - Journaliste spécialiste de la transformation numérique depuis 2005, Christophe a notamment été rédacteur en chef adjoint chez ZDNet. Il suit de près l’actualité autour des actifs numériques et la décrypte au quotidien. Contact : christophe@coins.fr