MétaverseNews

Les ambitions métaverse de Meta onéreuses et dangereuses

Crédit : Shutterstock

La division réalité virtuelle du géant américain Meta accumule les pertes, 2,81 Mds $ au 2e trimestre 2022. Mais le régulateur US, la FTC, s’inquiète en outre des risques de position dominante dans le secteur du métaverse.

 

En 2021, Facebook changeait de nom et devenait Meta. La firme dirigée par Mark Zuckerberg entend ainsi affirmer son virage vers le métaverse. Le géant injecte des milliards de dollars pour développer ses technologies sur ce marché émergent.

Pour s’implanter, Meta mise en particulier sur ses solutions de réalité virtuelle et de réalité augmentée conçues par sa division Facebook Reality Labs (FRL). Et l’entreprise ne regarde pas à la dépense avec 10 milliards de dollars de pertes cumulées en 2021.

Déjà 5,77 milliards $ de pertes en 2022 pour Meta

Sur 2022, Meta garde un rythme d’investissement soutenu. Au cours du seul 2e trimestre de l’année, FRL affiche des pertes de 2,81 milliards de dollars. C’est un peu moins que le trimestre précédent (2,96 milliards).

Durant la même période, le département a dégagé tout juste 452 millions de dollars de revenus, en baisse par rapport aux trois premiers mois de l’année (695 millions de dollars). Si les ambitions de Meta sont grandes, ses activités VR et AR ne contribuent qu’à la marge au chiffre d’affaires trimestriel de 28,4 milliards de dollars.

Le 3e trimestre 2022 sera d’ailleurs marqué un nouveau recul de ces revenus. A l’occasion de la publication de ses résultats, le géant américain du numérique a prévenu que Reality Labs dégagerait de nouveau un CA en retrait.

Le PDG et fondateur n’affiche aucune inquiétude cependant. Mark Zuckerberg a prévenu : le métavers et ses revenus se construisent avant tout sur le long terme. A court terme, Meta est donc prêt à perdre de l’argent, beaucoup.

« Le développement de ces plateformes [metaverse] pourrait débloquer des centaines de milliards, voire des trillions, de revenus au fil du temps », assure Mark Zuckerberg en réponse aux questions des analystes.

La FTC s’oppose au rachat de Within par Zuckerberg

Avec sa branche métaverse, la firme prépare ainsi « le terrain pour des années 2030 très fructueuses », déclare le PDG. Cet avenir pourrait toutefois s’obscurcir à l’initiative des autorités de protection de la concurrence.

Celles-ci, notamment en Europe, sont soucieuses de ne pas voir un marché naissant être archi-dominé, à l’image de celui des réseaux sociaux aujourd’hui. Aux États-Unis, la FTC entend ainsi faire barrage à Meta et à l’acquisition de l’entreprise de réalité virtuelle Within.

Pour la Commission, « Meta aurait pu choisir d’essayer de concurrencer Within sur le fond » plutôt que d’opter pour un rachat. Or, le gouvernement considère ce secteur technologique comme étant « d’importance vitale ».

La FTC demande donc à la justice de s’opposer à cette opération de croissance externe de Meta. En réaction, la firme dénonce une décision « fondée sur l’idéologie et la spéculation, et non sur des preuves ».

Le GAFAM estime de plus que cette procédure judiciaire adresse « un message inquiétant à tous ceux qui souhaitent innover dans le domaine de la VR [Réalité Virtuelle] ». C’est pourtant grâce à une série de rachats et à l’inaction des régulateurs que Facebook a pu imposer sa domination sur les réseaux sociaux.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

La Newsletter CryptoRecevez chaque semaine un résumé de l'actualité
Christophe Auffray
Cofondateur et rédacteur en chef adjoint - Journaliste spécialiste de la transformation numérique depuis 2005, Christophe a notamment été rédacteur en chef adjoint chez ZDNet. Il suit de près l’actualité autour des actifs numériques et la décrypte au quotidien.