FranceNewsStablecoin

Le français Lugh désormais corporate baker sur Tezos

Crédit : iStock

La jeune pousse Lugh, éditrice du stablecoin éponyme et soutenue par le groupe Casino, participe désormais à la validation des transactions sur le réseau Tezos.

 

Grâce à l’aide de la filiale d’EDF Exaion et de Nomadic Labs, Lugh est maintenant « corporate baker » sur Tezos. La startup validera et ajoutera ainsi les transactions à la blockchain Tezos.

Lugh a choisi de lancer son actif numérique en euros sur Tezos. Devenir un corporate baker nous permettra de nous impliquer davantage dans la communauté Tezos”, a commenté Alban Vendeuvre, COO de Lugh, dans un communiqué de presse partagé avec Coins.fr.

Fondée à Paris et soutenue par le groupe Casino, Lugh a lancé au printemps dernier, en partenariat avec Coinhouse et Societe Generale, l’EURL, un stablecoin – dont la valeur est adossée à l’euro – sur la blockchain Tezos.

Hadrien Zerah s’est quant à lui félicité de la collaboration avec Lugh et de l’obtention de son statut de baker. Dans une récente interview accordée à Coins.fr, le directeur général de Nomadic Labs, revenait sur le développement futur de l’écosystème blockchain Tezos.

« Nous sommes particulièrement ravis d’avoir travaillé avec Lugh sur leur exploration de Tezos, du lancement du premier actif numérique fiable libellé en euros jusqu’à devenir un Corporate baker », a-t-il dit.

Les transactions sur Tezos progressent rapidement ces 12 derniers mois, grâce notamment à l’activité autour des NFT. En janvier, la blockchain a dépassé les 6 millions d’appels de contrat.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Google, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

La Newsletter CryptoRecevez chaque semaine un résumé de l'actualité
Stanislas Pogorzelski
Cofondateur et rédacteur en chef - Entrepreneur dans le digital depuis 2006, Stanislas possède aujourd’hui plus de 5 ans d’expérience dans le traitement de l’actualité liée à la crypto-monnaie et la blockchain. Il a notamment fondé et dirigé la rédaction de Cryptonaute.fr, un média dont il s’est finalement séparé en 2020.