FranceLevées de fonds et AquisitionsNews

Quelles ambitions Web3 pour le fonds Ledger Cathay Capital ?

Pascal-Gauthier-Ledger
Pascal Gauthier, président de Ledger - Coins.fr ©

Premier fonds d’investissement français, Ledger Cathay Capital est en passe de finaliser son financement de 100 millions d’euros. Il sera en compétition avec des géants, mais le Web3 n’en est encore qu’à ses débuts.

 

100 millions d’euros. C’est le montant dont disposera très prochainement le Ledger Cathay Capital fund, co-géré par Cathay Capital et la licorne française Ledger – et soutenu par Bpifrance. Les deux partenaires se connaissent bien puisque Cathay fut un des premiers investisseurs à soutenir le fabricant de wallets.

Les deux acteurs se sont donc associés pour créer ce qu’ils revendiquent comme le premier fonds français (agréé par l’AMF) dédié aux entreprises du Web3 et aux tours d’amorçage ou de série A.

Des tickets de 500K€ à 5M d’euros

Ledger Cathay Capital entend investir dans 20 à 25 projets au travers de tickets allant de 500.000 euros à 5 millions. Selon les opportunités, le fonds ne s’interdit pas d’investir plus tardivement dans une startup Web3, après la série A donc.

Pour ces opérations, il disposera donc a minima de 100 millions d’euros. Selon Denis Barrier, cofondateur de Cathay Innovation et co-gestionnaire du fonds, le closing est pratiquement déjà achevé, ce qui lui permettra très prochainement d’entrer en action. D’ici là, le nouveau fonds pourrait également accroître son enveloppe budgétaire en accueillant des investisseurs supplémentaires.

En termes de périmètre d’action, Ledger Cathay Capital cible les entreprises opérant aussi bien dans les cryptomonnaies que la DeFi, la blockchain et les NFT. Et malgré son implantation française, le fonds se veut global et ne prendra donc pas uniquement des participations dans des startups hexagonales ou européennes.

Il prévoit bien cependant de jouer un rôle dans la structuration de l’écosystème européen où les fonds locaux demeurent moins actifs dans le Web3.

L’Europe est un peu à la traîne en matière de VC en comparaison des fonds VC spécialisés crypto aux États-Unis. Il y a un vide à combler pour soutenir les entrepreneurs européens”, déclare Pascal Gauthier, le PDG de Ledger.

Stimuler l’écosystème européen du web3

Nous aurons la possibilité de stimuler et d’agir tout particulièrement pour l’écosystème français et européen (…) Notre initiative a aussi vocation à stimuler cet écosystème (…) et de participer en France à la création d’un écosystème web3 unique et compétitif au niveau mondial”, poursuit Denis Barrier.

Le fonds français sera cependant en concurrence avec des géants. En mai, Andreessen Horowitz (a16z) lançait par exemple le Crypto Fund 4 doté de 4,5 milliards de dollars. Le VC hexagonal n’arrive-t-il pas trop tard ? Ce n’est pas le sentiment du dirigeant de Cathay Innovation. « La messe n’est pas dite », assure-t-il.

Ces « méga-fonds » sont déjà très actifs au niveau mondial. « Mais nous n’avons qu’une génération et demi de fonds de retard », considère-t-il. Surtout, le Web3 n’en est encore qu’à ses débuts. Avec ses 200 millions d’utilisateurs dans le monde, son développement est l’équivalent de celui d’Internet en 1997-1998.

L’Europe n’a pas encore manqué cette transition du Web2 au Web3. Et c’est tant mieux, soutient Pascal Gauthier, pour qui le Web3 est « un véritable enjeu » après avoir totalement manqué l’ère du Web2. « Il ne faudra pas louper le Web3. Il en va de la souveraineté technologique de l’Europe, mais aussi de ses valeurs ».

6 investissements de Ledger confiés au fonds

Pour Ledger, la participation à ce fonds aux côtés de Cathay Capital (qui compte 19 licornes dans son portefeuille) est aussi une question de croissance pour son propre écosystème et pour sa plateforme. Ledger avait prévu dès sa série C de réserver une partie de ses capitaux afin d’investir au profit « du marché et de nos partenaires », dont les éditeurs d’applications compatibles avec la plateforme Ledger.

Et le constructeur de wallets a d’ailleurs investi directement dans des startups. Son premier investissement s’était porté sur RTFKT, racheté en décembre 2021 par Nike. Au total, Ledger est investisseur dans 6 sociétés, dont l’identité sera communiquée ultérieurement. Ces investissements seront portés dans le fonds.

Ces premières startups sont en outre la démonstration que le Web3 ne relève pas de la science-fiction. Et si nombre d’observateurs s’interrogent sur le potentiel réel du Web3, comme aux débuts du Web dans les années 90, c’est pourtant « déjà en train de se passer », insiste le PDG de Ledger.

L’acquisition de RTFKT par Nike illustre qu’un pont se construit entre le Web3 et le monde physique, l’illustre-t-il. « Dans quelques années, on achètera plus un bien physique sans qu’il ne soit accompagné de son NFT », poursuit-il. Et les marques du luxe l’ont bien compris selon lui.

La tokenisation de tout, oui c’est assez futuriste, mais cela se déroule malgré tout déjà devant nos yeux”.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer.

La Newsletter CryptoRecevez chaque semaine un résumé de l'actualité
Christophe Auffray
Cofondateur et rédacteur en chef adjoint - Journaliste spécialiste de la transformation numérique depuis 2005, Christophe a notamment été rédacteur en chef adjoint chez ZDNet. Il suit de près l’actualité autour des actifs numériques et la décrypte au quotidien.