NewsNFT

Apple ouvre l’App Store aux NFT, mais prélève 30% sur les ventes

Crédit : Shutterstock

Le début d’un virage Web3 d’Apple ? Non, l’extension de son modèle avec une commission de 30% sur la vente de NFT in-app. Et interdiction de pratiquer des paiements en cryptomonnaies.

 

Pour l’acquisition de NFT, des jetons non-fongibles, les acheteurs peuvent se tourner vers des marketplaces spécialisées, comme OpenSea. Des services du Web2, comme eBay, hébergent eux aussi de tels jetons.

C’est à présent au tour d’Apple de desserrer l’étau en permettant aux applications distribuées sur l’App Store de proposer à la vente (in-app) des NFT. Cette politique pourrait contribuer à démocratiser ces biens numériques.

Les achats in-app de NFT taxés à 30%

Cependant, la firme de Cupertino ne bouleverse en rien son modèle commercial. Les NFT sont un produit comme un autre. Et cela signifie donc qu’ils seront soumis au règlement d’une commission de 30%.

Pour sa participation (à confirmer) à la démocratisation des jetons non fongibles, Apple maintient sa quote-part ou « taxe » telle qu’elle est dénoncée par de nombreux acteurs. C’est le cas notamment d’Epic Games, l’éditeur de Fortnite.

Son PDG a d’ailleurs immédiatement réagi à l’ouverture des achats de NFT in-app :

A présent, Apple tue toutes les entreprises d’applications NFT qu’elle ne peut pas taxer, écrasant une autre technologie naissante qui pourrait rivaliser avec son service de paiement in-app grotesquement surévalué. Apple doit être arrêté”, écrit Tim Sweeney sur Twitter.

La firme californienne met de plus une autre condition à la vente de NFT sur l’App Store : les paiements seront nécessairement réalisés en monnaie fiat, comme le dollar. Impossible pour un éditeur, par exemple d’un jeu de play-to-earn, de proposer des achats en cryptomonnaies.

Un accélérateur de la démocratisation des NFT ?

Epic Games n’est pas le seul acteur du marché à tempêter contre la politique d’Apple. Selon The Information, la marketplace NFT Magic Eden a retiré son application de la boutique.

Pour une marketplace, rémunérée via une commission en moyenne inférieure à 5%, le taux pratiqué par Apple rend compliquée toute monétisation, en particulier pour des ventes au secondaire.

La firme de Cupertino semble, avec sa politique, s’intéresser principalement aux ventes de NFT au primaire, et en particulier celles réalisées par les éditeurs de jeu vidéo.

Rien n’interdit cependant aux acteurs de proposer des NFT gratuits et ainsi de tirer profit de la puissance d’Apple pour démocratiser plus largement les tokens.

Suivez Coins.fr sur Twitter, Linkedin, Facebook ou Telegram pour ne rien manquer

Christophe Auffray
Cofondateur et rédacteur en chef adjoint - Journaliste spécialiste de la transformation numérique depuis 2005, Christophe a notamment été rédacteur en chef adjoint chez ZDNet. Il suit de près l’actualité autour des actifs numériques et la décrypte au quotidien. Contact : christophe@coins.fr