Ethereum (ETH)NewsStaking

Quand Ethereum 2.0 et PoS riment avec baisse du nombre d’Ethers

Crédit : Shutterstock

La migration vers Ethereum 2.0 devrait avoir un autre effet que la baisse de la congestion du réseau. Elle devrait également contribuer à réduire le nombre de jetons en circulation.

 

La dernière mise à jour majeure du réseau Ethereum remonte à août dernier. Les développeurs de la blockchain activaient alors le hard fork London. Au menu de celui-ci : EIP-1559.

Cette mise à jour a eu pour effet d’accroître la taille des blocs, mais aussi de réduire les frais de transaction reversés aux mineurs du réseau. D’après WatchtheBurn.com, 1,1 million d’ETH ont été distribués aux mineurs pour les blocs générés, et près de 630.000 brûlés.

Moins d’Ether émis avec le Proof-of-Stake

EIP-1559 contribue ainsi à contenir l’offre d’Ether au travers de son mécanisme déflationniste. Ce système était, à ce titre, largement plébiscité par les détenteurs d’ETH. En évitant d’accroître le nombre de tokens, il favorise une hausse du cours de l’Ether.

Ces effets pourraient nettement s’accroître à l’occasion de la migration vers Ethereum 2.0. Le résultat ne serait alors plus de contenir la progression de l’offre totale de jetons, mais sa réduction.

C’est ce qu’explique Tim Beiko, en charge de la coordination des développeurs Ethereum, à Decrypt. Actuellement, de nouveaux ETH sont générés à chaque bloc produit. Une exception cependant.

Lorsque la congestion du réseau est importante (avec des prix du gaz avoisinant les 150 gwei), une partie des ETH est alors brûlée. Avec Ethereum 2.0, ce seuil sera largement revu à la baisse.

Plus d’ETH brûlés sur Ethereum 2.0

Après la fusion entre ETH et ETH 2.0, « le coût de base brûle plus que la nouvelle émission, à 15 à 45 gwei, selon le montant en staking », précise Tim Beiko. L’explication est plus simple qu’il n’y paraît.

Les récompenses accordées en staking sont environ 5 à 10 fois inférieures à ce qu’elles sont dans le modèle Proof-of-Work actuel. Ainsi, en PoW, 2 ETH sont émis pour chaque bloc.

“Mais l’émission sur la Beacon Chain ne représente qu’une fraction de cela… donc après la fusion, il suffit de compenser pour être déflationniste”, justifie Beiko sur Twitter pour expliquer cette tendance déflationniste d’Eth 2.0.

Une baisse de l’offre d’Ether de 2% en 2022

Nos confrères de Decrypt résument donc en soulignant que la bascule sur le Proof-of-Stake se traduira par la diminution du nombre d’ETH générés pour chaque bloc. En prenant l’hypothèse d’un usage constant, l’offre d’Ether devrait ainsi diminuer en 2022 d’environ 2%.

Beiko rappelle néanmoins que ce scénario est difficile à chiffrer précisément à ce stade. Tout dépendra en effet du nombre d’adresses effectuant du staking sur Ethereum. Plus elles seront nombreuses, et plus les récompenses augmenteront.

Cette perspective d’une baisse de l’offre est néanmoins susceptible d’intéresser les investisseurs et détenteurs actuels d’Ether. Le cours de l’ETH atteint déjà des niveaux record à 4283 dollars. Un an plus tôt, l’Ether cotait moins de 400 dollars.

Suivez-nous sur Twitter, Facebook et maintenant Telegram pour ne rien manquer

Christophe Auffray
Cofondateur et rédacteur en chef adjoint - Journaliste spécialiste de la transformation numérique depuis 2005, Christophe a notamment été rédacteur en chef adjoint chez ZDNet. Il suit de près l’actualité autour des actifs numériques et la décrypte au quotidien. Contact : christophe@coins.fr